Preloader

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…ou presque !

Publié par Lison Boulain, le 26 octobre 2021

 

Pour cette nouvelle newsletter spéciale Halloween, Alma Heritage s’intéresse à nos histoires d’enfants les plus emblématiques. Néanmoins, la phrase mythique « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » fut parfois pour la firme américaine Disney, un moyen efficace de cacher une bien lugubre vérité tirée de contes déjà existants. Bien loin des fins romantiques de la production, ces contes connaissent pour certains une fin tragique et parfois des idées bien plus noires et tordues que celles que l’on connaît aujourd’hui.

 

La plupart des contes que l’on connaît, tirent leurs origines du bouche à oreille, depuis parfois des siècles. Ils ont pour but d’éduquer, de conseiller ou d’apporter des réflexions philosophiques. Avec le temps, certains de ces contes ont été adaptés et retranscrits sur le papier. Bien souvent, on retrouve l’opposition du bien et du mal où les comportements jugés comme mauvais, sont toujours punis. Chez Disney, les contes sont transformés et adoucis afin de réduire le côté “sombre” des actes tout en gardant et en valorisant les comportements qui sont jugés comme “bons”. 

 

La Belle au bois dormant, de Charles Perrault (1697)

 

Dans le film Disney que nous connaissons, la princesse se réveille de son sommeil interminable grâce au baiser d’un prince charmant. À l’origine, Charles Perrault n’avait pas fini de torturer cette pauvre princesse. Après cent ans, condamnée à dormir, la princesse est réveillée par un prince. Seulement, le baiser ne fut pas nécessaire à réveiller la belle. La seule présence du prince suffit à réveiller le royaume endormi. Jusqu’ici, pas tellement de changement. C’est après que cela se complique. En effet, la jeune femme a le malheur d’avoir une ogresse comme belle-mère ! Celle-ci, lorsque son fils partit à la guerre, tenta en vain de manger la princesse ainsi que ses deux enfants. Heureusement, la petite famille a pu compter sur la bonté et la gentillesse du servant et de sa femme pour les protéger. La belle-mère, quant à elle, finit par se suicider.

 

Pour ce conte, le château serait inspiré du château de Neuschwanstein au sud de l’Allemagne édifié au XIXe siècle sur ordre du roi Louis II de Bavière

 

 

Blanche Neige, des frères Grimm (1812)

 

 

Dans cette histoire également, la belle-mère est une affreuse femme. Elle n’aurait non pas demandé le cœur de la belle, mais son foie et ses poumons. Le chasseur prit pitié d’elle et ramena les restes d’un sanglier à la place. La belle-mère dévora les organes en pensant que cela lui permettrait de garder sa beauté. Elle comprit vite la supercherie et tenta d’assassiner trois fois sa belle-fille. Finalement, Blanche Neige finit par se réveiller non pas grâce au baiser du prince charmant, mais tout simplement grâce à la maladresse d’un des nains. Ce dernier en trébuchant fit tomber le cercueil, permettant au bout de pomme empoisonné de quitter la gorge de la princesse. Le prince et Blanche Neige, revanchards dans l’âme, se dirent qu’il était encore plus fun d’inviter la méchante femme à leur mariage et la forcer à danser jusqu’à la mort avec des chaussures de métal brûlant.

 

La sortie de Blanche Neige en 1937 marque l’histoire du cinéma puisqu’il est le premier film d’animation. La théorie serait que les dessinateurs Disney se seraient inspirés du château d’Alcazar de Ségovie en Espagne.

 

Notre-Dame de Paris,  de Victor Hugo (1831)

 

 

C’est le délabrement de Notre-Dame et le non-intérêt des contemporains de Victor Hugo qui donnèrent à l’auteur l’envie d’écrire une histoire sur cette cathédrale devenue maintenant un des plus grands symboles de Paris et de la France. Le livre fut un tel succès qu’en juillet 1845, une loi fût votée pour la restauration de la cathédrale. Dans Le Bossu de Notre-Dame, la célèbre adaptation de Disney, Esmeralda et Phoebus sont amoureux tandis que Quasimodo, acceptant cette situation, est glorifié par le peuple. Cependant, dans le roman de Victor Hugo, l’histoire ne finit pas aussi bien. En effet, Esmeralda finit pendue pour avoir refusé les avances de Frollo. Quant à Quasimodo, le cœur brisé, il poussa Frollo du haut de la cathédrale et se laissa mourir de faim en serrant le cadavre d’Esmeralda. 

 

Cendrillon 

 

 

Cendrillon trouve ses premières origines bien avant l’adaptation de Charles Perrault qui va en ajouter des dimensions féeriques. Dans la version de Basile en 1634, Cendrillon, qui s’appelait Zezolla, tue sa belle-mère en refermant un couvercle de malle sur le cou de celle-ci. Elle devient Cendrillon lorsque la gouvernante, qu’elle pensait gentille, devient sa nouvelle belle-mère. Dans certaines versions antérieures à celle de Basile, lorsque le prince part à la recherche de sa dulcinée qui n’a laissé qu’une chaussure derrière elle, la belle-mère coupe les orteils et les talons de ses filles afin que leurs pieds rentrent dans la fine pantoufle. Dans la version des frères Grimm, le prince laisse délibérément de la colle sur les marches pour retenir Cendrillon. Ce sont les belles-sœurs elles-mêmes qui se mutilent les pieds pour chausser la pantoufle. Dans cette même version, Cendrillon, très énervée de leur comportement, envoie les oiseaux manger les yeux des horribles belles-sœurs.

 

Pour ce conte, Herbert Dickens Ryman, dessinateur et ami de Walt Disney, se serait inspiré de 8 châteaux dont celui de Chenonceau, Chaumont et le château de Moszna en Pologne. 

 

Vous connaissez d’autres contes avec des alternatives sombres et macabres ? Partagez vos connaissances avec nous ! À la façon du XXIe siècle, continuons de faire perdurer et de partager notre patrimoine culturel.  

 

 

 

Sources :

  • Couverture de la Belle au bois dormant – Wikipedia
  • Château de Neuschwanstein – Le Site de l’Histoire
  • Couverture de Blanche Neige – Le livre.fr
  • Château Alcazar – L’Internaute
  • Couverture le Bossu de Notre Dame – Sortir à Paris
  • Notre-Dame de Paris – NotreDamedeParis.fr
  • Image de Cendrillon – Les contes des frères Grimm
  • Château de Chenonceau-France.fr
  • Image de bannière – Il était une histoire.com