Preloader

Voyage mystique au château du Plessis-Bourré

Par Lison Boulain, le 07 juin 2021,

 

Niché à une quinzaine de kilomètres d’Angers, encerclé d’eau, un bijou de l’architecture et du patrimoine se dresse fièrement sur son îlot. Les pieds au sec, contrairement à la plupart de ses comparses, star du film de Peau d’Âne de Jacques Demy, le château du Plessis-Bourré nous livre certains de ses secrets.

 

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Cécile Marcueyz, responsable de l’accueil des publics et de la médiation culturelle au château du Plessis-Bourré. Lors de cette entrevue, Cécile nous a parlé de l’importance de l’eau et de sa symbolique au château du Plessis-Bourré.

 
 
 

L’eau comme moyen de défense

 

Considéré aujourd’hui comme l’un des plus beaux châteaux de la Loire, le château du Plessis-Bourré n’a subi aucune modification majeure au cours des siècles derniers. Ce château se présente donc tel que Jean Bourré l’avait édifié. Cette forteresse du XVe siècle, construite en un seul jet en seulement cinq ans, est un type achevé des châteaux dit “ de transition”. A l’extérieur, figure une véritable forteresse avec un système défensif à la pointe mais à l’intérieur de la bâtisse, témoin du début de la période Renaissance, on y retrouve des façades et décorations raffinées avec une recherche de confort digne des demeures de plaisances.

 

Véritable prouesse technique, le château a été construit sur une plateforme, édifiée au milieu de l’étang afin de protéger les fondations de l’humidité. L’eau des douves, quant à elle, provient de plusieurs sources dont deux sont captées à plusieurs centaines de mètres, dans les bois du Plessis-Bourré. Un avantage de taille préalablement pensé à sa construction. En effet, grâce à cela, le niveau d’eau ne change pas et permet de protéger le château. Il semblerait que certaines douves aient été comblées au XVIIIe siècle comme le témoigne cette gravure du XVIIe siècle. Il fallait donc franchir plus d’un pont avant d’atteindre le double pont-levis puis sa porte fortifiée.

 
 

L’eau comme symbole de prestige

 

L’eau et les douves sont aussi un symbole de pouvoir, de grandeur et de réussite au sein des peuples de cette période. Fils d’un bourgeois probablement aisé, Jean Bourré voit le jour en 1424 à Château-Gontier. Après des études de droit à l’université, il entre au service du dauphin Louis qu’il ne quittera plus. Il est alors successivement greffier du Grand-Conseil, conseiller du Roi, maître des Comptes, contrôleur des recettes de Normandie, trésorier de France, capitaine du château de Langeais, gouverneur du dauphin Charles VIII à Amboise, puis sous le règne de ce dernier, il devient capitaine du château d’Angers. Comblé d’honneur, Jean Bourré décède en 1506. A l’image de la réussite de son illustre propriétaire, le château reflète son imposante et puissante posture dans les douves.

 
 

L’eau au cœur des symboles alchimistes

 

L’alchimie était une philosophie de vie qui consistait à s’améliorer en tant qu’homme par la connaissance. Acquérir le plus possible de connaissances dans tous les domaines. Grâce à ce bagage de connaissance, les adeptes de l’alchimie se considéraient alors supérieurs aux autres. Pour garder cet avantage sur les autres, les alchimistes vont se complaire dans un secret qui sera réservé à l’élite. On suppose que le Plessis-Bourré était un lieu de formation des adeptes en alchimie et que Jean Bourré faisait partie des maîtres alchimistes. L’idée de changer du plomb en or serait plutôt de se changer soi-même comme une métaphore de la richesse intellectuelle. Beaucoup pensaient que la notion “changer du plomb en or” était à prendre aux pieds de la lettre. En effet, la plupart du temps, ceux qui pratiquaient l’alchimie étaient des personnalités riches et ayant un pouvoir important, ce qui laissait supposer qu’ils avaient trouvé le secret de la pierre philosophale. Aujourd’hui encore, le secret des alchimistes est très complexe à comprendre tant il y a de symboles, de contresens, de surplus qui font douter des idées que l’on peut s’en faire. Il existe quelques écrits alchimiques mais devant leur complexité, il est difficile de les déchiffrer.

Le château ayant toujours été privé, certains propriétaires, afin de rénover à leur goût le château, ont détruit des représentations alchimiques. On en retrouve, sur toutes les façades, serrures, et plafonds mais il semblerait qu’une grande partie du message ait disparu, rendant difficile sa compréhension. Dans la salle des gardes, on retrouve un magnifique plafond à caisson qui serait le parcours initiatique du disciple pour atteindre cet état de perfection que l’on compare à la pierre philosophale. Là aussi, le symbole de l’eau revient à plusieurs reprises. Penchons nous sur trois d’entre eux :

 
 

La sirène : La sirène est un être fantastique avec un buste de femme et une queue de poisson. Elle tient dans sa main un grand miroir et dans l’autre un peigne à cheveux. Depuis l’époque romane, la sirène est assimilée à la vanité. Cependant, ici, elle ne se regarde pas dans le miroir mais elle l’utilise pour regarder les deux basilics représentés dans le losange central. Ces animaux fantastiques à corps de coq et queue de serpent avaient le pouvoir de changer en pierre ceux qui croisaient leur regard. Ce qui explique pourquoi la sirène les regarde au travers du miroir. Une des hypothèses serait qu’un alchimiste a le devoir de rejeter toute tentation qui s’offre à lui.

 

Autre hypothèse et lecture de ce symbole : la sirène serait une représentation métaphorique de Louis XI qui, bien que très laid, au même titre que la sirène, savait charmer et fasciner par sa personnalité.

 
 

Le char à voile : On y voit un chariot sur quatre roues avançant grâce à une grande voile tenue par une jeune fille. Il souligne le fait qu’il y aurait deux possibilités de parvenir à la pierre philosophale : par la terre et la mer. On suppose ici que la jeune fille est l’Esprit qui décide de la voie à suivre. L’idée étant que l’Esprit est celui qui nous guide car il est la voix (voie) de la raison.

 
 

La fontaine philosophale : On y remarque une fontaine hexagonale. Ce type de fontaine est souvent présent sur des tableaux du XVe siècle pour évoquer la fontaine de vie du Jugement dernier. L’association du précieux liquide issu de la fontaine et de la jeune femme urinant debout serait une évocation du soufre/mercure, déjà transmuté. En effet, la notion de transmutation est une théorie qui permettrait de faire passer, par une méthode précise, un métal donné vers un autre métal pour finir par atteindre le métal le plus pur : l’Or.

 

L’alchimie source d’inspiration pour la culture populaire

 

Alors maintenant que vous avez pris connaissances de ces hypothèses concernant ces symboles alchimiques, cela ne vous rappelle rien ? On retrouve de nombreuses références à l’alchimie dans la culture populaire. Nous pensons à la saga mondialement connue de JK Rowling, Harry Potter. On y retrouve des références à Nicolas Flamel, le célèbre alchimiste, et à la pierre philosophale pouvant, soi-disant, rendre immortel quiconque la possède. Dans le tome 2, le terrible monstre de Poudlard est un basilic qui avec ses grands yeux jaunes tue ses victimes. Cependant, celui qui le regarde dans le reflet, est pétrifié. Le personnage d’Hermione se fait d’ailleurs pétrifié en regardant la bête dans le reflet de son miroir…. Et vous, connaissez-vous d’autres références culturelles sur le secret des alchimistes ?

 
 
 
 

Venez découvrir le château du Plessis-Bourré

 

Il est désormais temps de réserver vos entrées pour le château du Plessis-Bourré. Venez découvrir ce sublime château, son histoire et soyez à l’affût des symboles alchimistes qui se cachent dans la demeure. Pendant toute l’année, le château du Plessis-Bourré organise de nombreux événements à caractères historiques qu’il ne faut pas manquer. Pour prolonger l’aventure, vous aurez la possibilité de dormir dans le domaine ! En effet, deux roulottes et un gîte sont disponibles à la réservation.

 
 

Plus d’informations sur : http://www.plessis-bourre.com/


Sources :

 

– Château du Plessis-Bourré – plessis-bourre.com

– Gravure du château – prospectus presse du Plessis-Bourré

– Portrait de Jean Bourré – châteaudevaux-anjou.com

– Plafond de la salle des gardes – Twitter du Plessis-Bourré

– Photo de la serrure – Lison Boulain

– Photo d’un détail de la façade – Lison Boulain

– Photos des trois éléments du plafond – prospectus presse du Plessis-Bourré

– Gif de la pierre philosophale dans le film Harry Potter – filetdudiable.fandom

– Evénement La Ménestraudie – plessis-bourre.com

– Photo de la roulotte – plessis-bourre.com

– Photo du château – Lison Boulain