Preloader

Faire protéger au titre des Monuments historiques ? Telle est la question !

Par Flore Mauvisseau, le 25 novembre 2020

 

Faire protéger au titre des Monuments historiques ou ne pas faire protéger ? La question peut parfois paraître épineuse….

 

Vous ne savez pas si cette protection correspond à vos projets ou à votre demeure ? Cet article vous permettra peut-être d’y voir plus clair !

 

La protection au titre des Monuments historiques est un statut juridique qui permet de protéger un bien mobilier ou immobilier. Lorsqu’un édifice est inscrit ou classé au titre des Monuments historiques, cela signifie que l’État en reconnait la valeur patrimoniale. Même si cette protection a de nombreux avantages, elle a aussi certains inconvénients (voir notre fiche technique sur la protection).

 

Nous avons donc voulu cette semaine interroger des propriétaires ou gestionnaires de châteaux qui ont fait le choix ou non d’avoir recours à cette protection. Ainsi, nous nous sommes entretenus avec Christophe Rhodius (château des Salles) et Dorian Anthoine (château de Menthon-Saint-Bernard).

 

Le château des Salles à Draguignan, dans le Var, est dans la famille de la femme de Christophe Rhodius depuis 4 siècles. Elle veille à la restauration du château et du domaine en faisant le choix de ne pas avoir recours à la protection au titre des Monuments historiques. En Haute-Savoie, le château de Menthon-Saint-Bernard est inscrit depuis 1989 sur la liste des Monuments historiques, et depuis mai 2020 pour ses dépendances. Dorian Anthoine, s’occupe de la valorisation et de la conservation du site.

 

L’histoire des lieux

 

Le château des Salles, situé à Draguignan, est une bastide typiquement provençale qui s’est constituée et agrandie au fil des siècles et a connu une histoire mouvementée. Sous l’ancien régime, une grande politique de travaux a lieu pour agrandir la bastide qui n’était composée que d’un rez-de-chaussée et d’un étage. Elle connaît alors son heure de gloire, haute de quatre niveaux avec une redistribution des pièces. La Révolution française amorce une période compliquée pour le lieu, puisque son propriétaire est contraint d’échapper aux foudres des sans-culottes en se cachant dans les dépendances de son domaine avant d’être emprisonné. Au fil des siècles, les différents partages et successions appauvrissent le domaine et, pendant la Seconde Guerre Mondiale, la bastide est occupée et subit des dégradations. Dans les années 1950, une restauration est réalisée mais les matériaux utilisés sont peu nobles.

Le domaine n’est pas simplement composé du château et de son parc ; on y trouve également une chapelle romane du XIe siècle, une ferme, une distillerie, une série de bâtiments agricoles, un bassin d’irrigation, un hectare de vigne, un hectare de maraîchage et de nombreux oliviers !

Aujourd’hui, le lieu propose des chambres d’hôtes, un gîte et de la location de salles.

 

En Haute-Savoie, le château de Menthon-saint-Bernard ne vous laissera pas indifférent. Dominant le lac d’Annecy, l’ancien château, remanié à la Renaissance puis au XIXe siècle dans le style néo-gothique, appartient à la même famille – la famille de Menthon – depuis 23 générations, soit un millénaire ! Le fonctionnement du château de Menthon n’est d’ailleurs pas un fonctionnement d’entreprise, c’est une indivision familiale, les deux frères qui sont propriétaires du château gèrent le site ensemble.

Ouvert au public, le château propose des visites classiques mais aussi des visites réalisées par des comédiens amateurs. Vous pouvez également visiter son potager, en permaculture. Le château a plusieurs cordes à son arc, puisqu’il propose également la location de salles pour des réceptions, et des événements professionnels.

En 1989, le château de Menthon est inscrit une première fois au titre des Monuments historiques pour ses toitures, ses façades et ses intérieurs. En mai 2020, un nouvel arrêté d’inscription vient se substituer à celui de 1989. Cette fois-ci, ce sont les communs qui sont inscrits.

Le majestueux château aurait aussi inspiré Walt Disney pour le château de la Belle au Bois Dormant ! Rien que ça !

 

La protection au titre des Monuments historiques

 

C’est en 2011-2012 que la famille décide d’une vaste restauration du château des Salles qui respecterait le lieu, son architecture, ses caractéristiques initiales. Depuis, environ 80% du domaine a été restauré. Christophe Rhodius connaît bien les processus de consultation d’une protection, notamment avec les ABF (Architecte des Bâtiments de France). En effet, le domaine est situé dans le fameux périmètre de protection -500m- d’un dolmen classé, La Pierre de la Fée. Ainsi, l’ABF était souvent consulté lorsque des travaux étaient entrepris. Le château et ses bâtiments n’ont pas été reconnus comme ayant un intérêt particulier, cependant l’ensemble est cohérent et digne d’intérêt. La question d’un classement au titre des Monuments historiques ne se pose donc pas. L’inscription pourrait cependant être demandée, notamment pour la chapelle romane. Christophe Rhodius nous explique, « il faut toujours être prudent quant au classement ou l’inscription, on peut être confronté aux contraintes comme le choix d’une architecture, d’entreprises spécifiques. Tout dépend de l’interlocuteur, l’ABF, que vous avez en face de vous ».

 

Au château des Salles, la famille Rhodius a à coeur de respecter l’âme du lieu, son architecture, « nous voulons garder une liberté, un champ d’action », précise Christophe Rhodius. Pour ce dernier, « les propriétés ont besoin d’évoluer, tout en gardant leurs caractéristiques ». Des préconisations sont parfois données par les ABF, mais elles peuvent apparaître contraignantes « il ne faut pas perdre de vue l’aspect pratique des choses, l’ABF n’est pas confronté au quotidien à ce qu’il préconise », confie Christophe Rhodius.

 

A l’inverse, le château de Menthon-Saint-Bernard tenait à cette seconde inscription : « En vue de restaurations futures, et surtout par cohérence par rapport au château, le choix fut fait de mettre à l’inscription les dépendances. », nous explique Dorian Anthoine. Les dépendances du château datent de la fin du XIXe siècle, du début XXe siècle, elles ont toutes été construites à la même période. Cette démarche permettra de faciliter les relations avec l’ABF et la DRAC, mais aussi de donner l’opportunité d’avoir une fiche technique sur ces bâtiments, une recherche historique. « Pour nous il y a à la fois un projet de conservation mais aussi de valorisation au sein de cette inscription », témoigne Dorian Anthoine.

 

Quant au choix de l’inscription, cette dernière était plus pertinente que le classement : « Les dépendances ont été beaucoup remaniées avec le temps, elles ne méritaient pas un classement : un bâtiment a été transformé en salle de mariage, l’ancien bûcher est devenu une boutique et l’orangerie servait de poulailler et de maison pour les paons. L’inscription est aussi moins contraignante en vue de travaux futurs, l’inscription est un allègement par rapport au classement », nous dit Dorian Anthoine.

 
 

Les restaurations

 

Au château des Salles, les restaurations s’enchaînent et les projets fourmillent !

 

À l’intérieur de la bastide, il s’agissait de repenser la distribution, rendre les lieux plus pratiques, puisque la bastide a une vocation de chambre d’hôtes et de gîte. Les pièces étaient pensées en enfilade, caractéristique de ce genre d’architecture. Il fallait alors créer un système de distribution qui permette de respecter l’intimité des chambres sans enlever l’âme du lieu. Pari tenu ! A chaque étage, on accède, grâce à un grand salon, à deux chambres d’hôtes et leurs salles de bain attenantes. Le 3e étage, le gîte, est pensé comme un loft. « Tout est modulable », confie Christophe Rhodius. Quant au rez-de-chaussée, les pièces de réception, grand et petit salon notamment, sont ouvertes à la location comme la grande cuisine semi-industrielle.

 

Des travaux moins visibles, mais primordiaux, ont été menés pour consolider les fondations du château et avoir des bases saines. Ce dernier fait 14m de hauteur, le poids des larges murs cause des désordres sur l’argile qui les compose et qui réagit aux variations du climat. Des fissures apparaissaient, les planchers et tomettes s’affaissaient.

 

La ferme du domaine, le plus vieux bâtiment du domaine après la chapelle, vient d’être restaurée. On y trouve une salle de réception au rez-de-chaussée,et l’étage est habité par le fils des propriétaires, maraîcher sur le domaine, et sa famille. Le toit de la chapelle et ses enduits intérieurs ont aussi été restaurés comme le bassin d’irrigation du domaine et les bâtiments agricoles. Un deuxième hectare de vigne verra bientôt le jour au château des Salles.

 

Les prochaines restaurations à venir concernent la distillerie du château des Salles, qui va être transformée en gîte et le mur d’enceinte du domaine, en partie détruit. Les murs, créés avec les pierres épierrées des champs alentours, parfois larges d’un mètre d’épaisseur, doivent être consolidés ou reconstruits.

A Menthon-Saint-Bernard, vous l’aurez compris, les futures restaurations concernent les dépendances qui ont besoin d’importants travaux de toiture, le nerf de la guerre des restaurations. D’autres projets de valorisation viendront sur le moyen terme. Les travaux futurs s’ancrent donc dans cette démarche d’inscription. Dorian Anthoine nous indique que le processus fut assez long, deux ans pour cette dernière ! Une procédure aussi longue est assez rare, ceci s’expliquant par une vacance du poste au niveau de la DRAC au moment des démarches. Comptez normalement un délai d’un an environ pour cette procédure.

 

Si vous voyagez dans le sud, ne manquez pas d’aller séjourner au château des Salles, vous y serez reçus comme des rois !

 

Si c’est en Haute-Savoie que votre prochain voyage est prévu, ne passez pas à côté du château de Menthon-Saint-Bernard !


 

Photographies :

 

• Château des Salles, © almaheritage

• Château de Menthon-Saint-Bernard, © www.chateau-de-menthon.com

• Château de Menthon-Saint-Bernard, © almaheritage

• Château de Menthon-Saint-Bernard, © almaheritage

• Château de Menthon-Saint-Bernard, © almaheritage

• Entrée du château des Salles, © almaheritage

• Chapelle du château des Salles, © almaheritage

• Bassin d’irrigation du château des Salles, © almaheritage